L’évolution de la fécondité au fil du temps

L'évolution de la fécondité au fil du temps
Ta Boutique > Blog > L’évolution de la fécondité au fil du temps

De nombreuses études scientifiques ont mis en évidence le fait que la fertilité est directement liée à l’état de santé de la population.l’âge des partenaires et diminue avec le temps jusqu’à cesser complètement chez les femmes et diminuer significativement chez les hommes.

Bien que les chances de conception diminuent avec l’âge, les processus de déclin de la fertilité sont différents entre les deux sexes, car la reproduction repose sur des mécanismes totalement différents. Mais voyons pourquoi et comment le temps affecte négativement la viabilité des spermatozoïdes ainsi que la quantité et la qualité des ovules féminins.

L’évolution de la fertilité chez l’homme et la femme

Chez l’homme comme chez la femme, la fertilité est naturellement influencée par les facteurs suivants processus de vieillissement de l’organisme, en ce sens qu’elle tend à diminuer au fil des ans jusqu’à disparaître. Les processus qui initient la fertilité sont différents dans les deux sexes. Chez la femme, ils commencent dans les premières années de la puberté, c’est-à-dire juste avant l’arrivée de la ménarche (la première fois que les règles apparaissent, jusqu’à la ménopause). Chez l’homme, elles commencent avec le développement des caractères sexuels et donc avec la production, par l’appareil sexuel, des spermatozoïdes.

L’âge de la ménarche varie d’une femme à l’autre, mais 95 % des femmes ont leur premier cycle menstruel entre 11 et 15 ans. Chez les hommes, en revanche, la capacité de reproduction commence généralement vers l’âge de 12 ans. Bien qu’elle ne s’arrête pas avec l’âge (en ce sens que la production de spermatozoïdes se poursuit normalement avec le temps), elle reste affectée par l’âge, car elle diminue lentement et se détériore en qualité, surtout à l’approche de l’andropause (vers l’âge de 40/55 ans).

Chez la femme, l’âge joue un rôle beaucoup plus déterminant dans la fertilité, précisément parce que plus la ménopause approche, plus la production de spermatozoïdes est importante. chances de conception sont réduites, alors que chez l’homme, elles ne cessent jamais, même si la fertilité diminue progressivement. La perte progressive de la capacité de reproduction est un phénomène qu’il ne faut pas sous-estimer, surtout pour les femmes qui désirent un enfant et approchent de la quarantaine. Il est nécessaire qu’elles sachent que la « fenêtre » de fertilité féminine est limitée, afin qu’elles puissent choisir consciemment la maternité et éviter – dans la mesure du possible – de repousser le moment.

découvrez aussi :  Soulagez vos Hémorroïdes Après Accouchement : Guide Complet et Astuces

Pourquoi les chances de conception diminuent avec l’âge

Au moment de la naissance, les femmes sont déjà dotées d’un certain nombre d’ovocytes, qui s’épuisent progressivement au fil des ans, jusqu’à ce qu’ils soient complètement épuisés, sans possibilité de régénération. D’un point de vue biologique, l’âge auquel une femme est au sommet de sa fertilité correspond donc à la fourchette comprise entre entre vingt et trente ansau cours de laquelle elle a une probabilité de conception d’environ 25 % chaque mois. Ce pourcentage commence à diminuer avec le temps et, si à 20 ans il est à son maximum, à partir de 30 ans il tombe à 20 %. À partir de l’âge de 37 ans, la fertilité subit une baisse significative et, à partir de là, elle continue à diminuer drastiquement jusqu’à devenir complètement nulle avec l’avènement de la ménopause, dont l’âge moyen est de 50 ans, bien qu’il existe des formes précoces.

À l’âge de 20 ans, une femme en parfaite santé et sans problème a donc un taux de conception élevé : dans 96 % des cas, elle peut tomber enceinte dans l’année qui suit. Les pourcentages continuent à baisser plus tard dans la vie : à trente ans une femme a toujours une probabilité assez élevée de concevoir un enfant chaque mois, et jusqu’à 91 % des femmes peuvent devenir mères dans les quatre ans. Il s’agit d’un pourcentage très élevé, bien qu’il y ait un second déclin après l’âge de 35 ans et après l’âge de 37 ans. 64 % des femmes de plus de 40 ans peuvent devenir mères dans les quatre ans suivant les tentatives ciblées.

Il faut cependant tenir compte du fait qu’aujourd’hui, la médecine a fait des progrès très importants dans le domaine de la procréation et que, grâce à l’aide de l’Union européenne, les femmes peuvent devenir mères. techniques de fécondation assistée il est possible d’intervenir pour résoudre les problèmes de fertilité qui empêchent souvent les couples d’avoir un enfant. Les données ci-dessus ne sont toutefois que statistiques, en ce sens que la fertilité d’un homme et d’une femme varie d’une personne à l’autre. Cependant, il est important de savoir ce qu’il faut faire et ce qu’il faut éviter lorsqu’on cherche à avoir un enfant.

Fertilité : ce qui arrive à l’homme

L’l’horloge biologique de l’homme est, comme celle de la femme, destinée à se modifier avec le temps, en réduisant tout d’abord le volume de l’éjaculat et la mobilité des spermatozoïdes, qui diminue de 4 à 18 %. L’éjaculat, quant à lui, diminue de 3 à 22%, précisément parce que son volume est directement lié au vieillissement des vésicules séminales.

découvrez aussi :  L'ovulation douloureuse : de quoi s'agit-il et comment la traiter ?

Ces données permettent de comprendre que l’âge de l’homme joue également un rôle déterminant dans la capacité de reproduction, après 35 ans commence également à diminuer progressivement chez les hommes.

En ce qui concerne la définition d’un âge avancé exact chez l’homme, les spécialistes ne sont pas d’accord, bien qu’ils pensent que la fertilité commence déjà à subir une baisse de la fertilité. baisse drastique après l’âge de 50/55 ans.mais certains problèmes peuvent être observés dès l’âge de 40 ans. Les altérations biologiques du liquide séminal rendent la conception difficile, mais peuvent être liées à un risque accru de fausse couche au cours du premier trimestre de la grossesse (en particulier dans les couples où l’homme a plus de 50 ans et la femme plus de 35 ans) et à la possibilité d’une augmentation des problèmes gestationnels, tels que le diabète.

Il s’agit là encore de simples statistiques, qui ne devraient certainement pas décourager ou empêcher les deux partenaires de poursuivre leur désir parental. Cependant, il est conseillé, surtout s’ils ont plus de 40 ans, de se faire suivre par leur médecin ou un spécialiste, au cas où le bébé ne viendrait pas après 6 mois d’essai (les femmes jusqu’à l’âge de 35 ans peuvent essayer jusqu’à un an, afin de demander un avis médical en cas d’échec prolongé au-delà de cette période).

Quels sont les risques d’une grossesse tardive ?

Aujourd’hui, de plus en plus de femmes souhaitent une grossesse en âge avancé et les raisons sont multiples, en premier lieu la recherche d’une stabilité économique. De plus, il n’est pas rare que des femmes cherchent à avoir un enfant à la quarantaine uniquement parce qu’elles ont trouvé sur le tard le partenaire idéal avec lequel elles peuvent partager un projet de vie et un enfant.

Quelles que soient les raisons qui poussent une femme à attendre avant de concevoir, elle doit savoir que les qualité des ovocytes diminue au fil des années et plus la grossesse est tardive, plus le risque que le fœtus présente des malformations génétiques, notamment le syndrome de Down, est élevé.

découvrez aussi :  Comment Choisir le Meilleur Coussin Anti-Chute Bébé ?

De nombreuses études scientifiques ont également mis en évidence une possible corrélation entre l’âge d’une personne et les troubles mentaux chez l’enfant, tels que l’autisme ou les troubles bipolaires. Selon une étude menée par des chercheurs suédois, les enfants nés d’un père âgé de plus de 45 ans ont plus de risques d’être autistes. Le risque est 1,76 fois plus élevé pour un père âgé de 20 à 24 ans. Les hommes de plus de 55 ans, en revanche, ont un risque multiplié par 4.

Ces données sont issues de statistiques relativement récentes, mais elles ne doivent en aucun cas décourager. La possibilité d’avoir un enfant est en effet liée à de nombreux autres aspects, psychologiques et physiques, et dans la plupart des cas, pour concevoir naturellement et quel que soit l’âge, il suffit de chercher l’enfant avec sérénité, sans anxiété, sans craintes et sans stress. Mais il ne faut jamais oublier les bonnes règles, en premier lieu l’apport d’acide folique.

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire