Comment se manifeste une fausse couche

Comment se manifeste une fausse couche
Ta Boutique > Blog > Comment se manifeste une fausse couche

Deux petits mots qui vont droit au cœur et qui font mal. L’fausse couche est l’interruption d’une grossesse pour des raisons indépendantes de la volonté de la femme avant la 20e semaine. de gestation (le cas contraire est l’interruption volontaire de grossesse décidée, pour diverses raisons, par un couple). Au-delà de ce terme, lorsque le développement du fœtus s’arrête, on parle de mort intra-utérine.

La période où le risque de fausse couche est le plus élevé est le premier trimestre. À partir du deuxième trimestre, on peut généralement se détendre un peu plus. Les symptômes d’une fausse couche sont variables. Certaines femmes ont des saignements, des douleurs menstruelles, des contractions. D’autres ne s’en aperçoivent même pas et l’interruption de grossesse est diagnostiquée lors d’un examen de routine. À cette occasion, on entend souvent la phrase redoutée : « Madame, je suis désolée : il n’y a pas de battements de cœur ».

Il existe . divers de formes de fausses couches. Voyons ce qu’elles sont et comment elles se produisent.

Menace de fausse couche

Commençons tout de suite par une bonne nouvelle : il n’y a pas toujours de risque de fausse couche. menace de fausse couche se transforme en interruption de grossesse. Nous ne pouvons pas nier que cela peut arriver, mais dans un grand nombre de cas, tout se résout positivement, ne laissant que le souvenir d’une grande frayeur. Si le gynécologue pose un tel diagnostic, essayez d’être confiante : tout peut se passer pour le mieux !

La menace de fausse couche est la combinaison d’un certain nombre de conditions qui menacent la perte du bébé avant la 20e semaine de gestation. I symptômes les plus fréquents sont des saignements vaginaux et des douleurs abdominales (semblables aux douleurs menstruelles), qui irradient souvent vers la région des reins et provoquent un durcissement du ventre. Les pertes peuvent être de différentes couleurs (du rose au rouge foncé en passant par le brun). Leur quantité varie également, allant de petites taches sur le protège-slip à de véritables saignements.

La première chose à faire est de contacter votre gynécologue ou, s’il n’est pas disponible, au service des urgences obstétriques pour un contrôle. L’échographie est un examen très important pour vérifier la cause de la menace d’avortement. Elle permet par exemple de voir s’il y a un décollement amniochorial en cours, c’est-à-dire le décollement des deux tissus qui forment le placenta, le sac amniotique et le sac choriale. Il ne faut cependant pas le confondre avec le décollement du placenta, qui est un problème beaucoup plus grave pouvant survenir à partir du deuxième trimestre.

Très souvent, pour traiter une menace de fausse couche au cours du premier trimestre, la progesterone (par voie orale, vaginale ou par injections), l’hormone responsable de la protection de la grossesse. Le repos est généralement recommandé, mais pas toujours absolu : il faut prendre soin de soi, éviter les efforts ou les travaux particulièrement lourds. En cas de menace de fausse couche, les rapports sexuels peuvent être interdits. Au cours du deuxième trimestre, des médicaments tocolytiques sont utilisés pour bloquer les contractions. Un cerclage du col de l’utérus, utilisé pour « contenir » la grossesse et éviter un accouchement prématuré, peut parfois être nécessaire.

découvrez aussi :  Pourquoi et comment la température basale est-elle mesurée ?

Fausse couche : grossesse biochimique

Retard. Un test de grossesse positif. La joie débordant de tous les pores. Et puis, très vite, l’amère surprise : les règles arrivent. Que s’est-il passé ? Quelque chose de très courant et, malheureusement, très fréquent chez les femmes. Il s’agit de la grossesse biochimique. En termes simples, il s’agit d’une fausse couche très précoce qui se produit souvent avant la cinquième semaine de gestation, pratiquement immédiatement. Parfois, la femme ne fait même pas de test de grossesse à temps et pense simplement que ses règles sont arrivées quelques jours plus tard que prévu. En revanche, si le cycle est irrégulier, il n’est pas possible de calculer le retard, car on ne sait pas réellement quand les règles seraient arrivées.

Les causes d’une grossesse biochimique ne sont pas différentes de celles d’une fausse couche. Lorsqu’elle fait une fausse couche, la symptomatologie est similaire à celle de la phase menstruelle : malaise, maux de ventre et de tête, crampes. Le flux peut être un peu plus abondant, parfois avec des caillots. En réalité, tout cela est très subjectif et chaque femme est différente.

Que faire en cas de grossesse biochimique ? Si l’on a déjà fait un test, la seule chose que l’on peut faire est le test de grossesse biochimique. vérifier la tendance des HCG bêta. Lorsqu’une grossesse s’interrompt, leur valeur diminue progressivement jusqu’à zéro. Il est important de vérifier que cela se produit afin d’exclure une grossesse extra-utérine, dans laquelle l’œuf s’implante dans un site autre que l’utérus.

Grossesse extra-utérine et fausse couche

Un début tout à fait physiologique, avec des tests positifs et des HCG bêta. Les premiers symptômes de la grossesse apparaissent, comme la fatigue et les nausées. Puis tout change, il y a des perte de sang ou l’échographie montre que quelque chose ne va pas. Le bébé ne se développe pas comme il le devrait. Une grossesse extra-utérine (ou ectopique) est en cours.

Dans le cas d’une grossesse extra-utérine, l’ovule fécondé s’implante dans l’utérus. dans un autre endroit de la cavité utérine naturelle, compromettant ainsi le déroulement normal de la grossesse. La grossesse extra-utérine se développe dans les trompes de Fallope, les ovaires, l’abdomen ou le col de l’utérus.

Les causes ne sont pas entièrement connues. Parmi les facteurs de risque connus sont les grossesses extra-utérines antérieures, le tabagisme, l’âge maternel supérieur à 35-40 ans, les traitements de fertilité. Il n’y a pas toujours de symptômes et le problème est découvert par hasard lorsque l’échographie montre que l’implantation n’a pas eu lieu dans l’utérus. Dans la plupart des cas, cependant, il y a des saignements, parfois accompagnés de douleurs abdominales. Parfois, la croissance de l’embryon à l’intérieur de la trompe provoque sa rupture. Dans ce cas, les symptômes sont très évidents : saignements importants, douleurs abdominales particulièrement intenses, localisées d’un seul côté, choc important, évanouissement.

découvrez aussi :  Comment choisir le meilleur cale-tête voiture pour bébé ?

La majorité des grossesses extra-utérines se terminent par une fausse couche, surtout en cas de perte de sang. Dans d’autres cas, on administre un médicament (méthotrexate) qui bloque la croissance cellulaire et, par conséquent, celle de l’embryon. Il est utilisé dans les premiers stades de la grossesse extra-utérine, lorsqu’il n’y a pas de saignement ou de douleur. Si l’approche pharmacologique ne fonctionne pas, si elle ne peut être adoptée ou s’il s’agit d’une situation d’urgence (par exemple, rupture des trompes), une intervention chirurgicale est nécessaire.

La grossesse extra-utérine n’a pas répercussions sur la fertilité future.

Fausse couche et ovule aveugle

Cette pathologie est connue sous différents noms : œuf aveuglegrossesse claire, vide ou anembryonnaire. En avez-vous déjà entendu parler ? C’est un phénomène assez fréquent. Elle est à l’origine de près de la moitié des fausses couches du premier trimestre.

En cas d’œuf aveugle, la conception se déroule normalement, l’ovule se loge dans l’endomètre, mais l’embryon ne se développe pas. Les causes sont généralement les suivantes des anomalies génétiques et des anomalies chromosomiques. Le test de grossesse est positif parce qu’environ 7 à 10 jours après la conception, le corps commence à produire l’hormone bêta HCG, qui est à l’origine de la positivité du test. Mais il n’y a pas que les deux lignes du test : même si l’embryon ne s’est pas développé, vous pouvez présenter certains des symptômes de la grossesse.

L’ultrasons est l’examen qui permet de clarifier la situation sans aucun doute. Si, vers la septième semaine de gestation, seule la chambre de gestation est visible, c’est-à-dire sans embryon et manifestement sans activité cardiaque, le gynécologue programmera un contrôle 7 à 10 jours plus tard. Il peut également proposer de vérifier la tendance de la bêta HCG. En début de grossesse, si tout va bien, elles doublent tous les deux jours, alors qu’en cas de problème, la croissance est très lente, voire stoppée. Si rien n’est vu à l’échographie suivante, le diagnostic de cæcum sera confirmé.

En général, une grossesse anembryonnaire se termine par des saignements et des crampes abdominalesjusqu’à ce que l’utérus soit complètement « nettoyé ». Si ce n’est pas le cas, s’il y a des saignements importants ou une infection, il faut consulter un médecin. Un curetage est parfois nécessaire.

découvrez aussi :  Anti-Poux Bébé : Solutions Naturelles et Conseils Pratiques

Vous vous demandez probablement après combien de temps il est possible d’essayer à nouveau de tomber enceinte. Parlez-en à votre gynécologue. En général, il faut attendre 2 ou 3 cycles menstruels, mais il est toujours préférable de demander l’avis d’un spécialiste.

Fausse couche : la grossesse molaire

Une petite précision s’impose. Une grossesse molaire n’est pas une fausse couche au sens strict, mais nous avons décidé d’en parler quand même car il s’agit en fait d’une interruption de grossesse. Heureusement, il s’agit d’une une circonstance plutôt rare qui se produit en raison d’une erreur génétique au moment de la conception. En d’autres termes, l’ovule n’est pas fécondé correctement. La grossesse débute, mais est destinée à s’interrompre.

La meule hydatiforme (ou vésiculaire) est un amas de cellules anormales produites par les cellules trophobastiques, c’est-à-dire celles qui donnent naissance au placenta. En d’autres termes, il s’agit d’une croissance exagérée du tissu qui devrait former le placenta. Les causes ne sont pas encore claires. Cependant, il semble qu’elle soit plus fréquente chez les jeunes filles de moins de 20 ans et les femmes de plus de 40 ans.

Il existe . deux formes de grossesse molaire : partielle et complète. Dans le premier cas, un embryon se développe après la fécondation, caractérisé par la présence d’un nombre excessif de chromosomes. Il n’a donc aucune chance de se développer et donc de survivre. Dans le cas d’une grossesse molaire complète, l’embryon ne se développe pas du tout, tandis que le tissu du placenta se développe anormalement, entraînant également une augmentation du volume de l’utérus. L’échographie ne montrera que le tissu placentaire, tandis que l’embryon sera absent.

Si, au début, la grossesse semble se dérouler de manière tout à fait normale, à un moment donné, il apparaît que la grossesse n’est pas terminée. troublesIl s’agit notamment de saignements vaginaux, d’une croissance exagérée de l’utérus, de nausées sévères et de vomissements persistants, d’une hypertension artérielle, d’une hypertrophie des ovaires, d’un taux de bêta HCG supérieur à l’âge gestationnel de la femme (en particulier dans le cas d’une grossesse menée à terme). Le diagnostic est posé par une échographie abdominale. Le traitement consiste à vider la cavité utérine. Cela peut se faire par voie médicamenteuse ou chirurgicalement par un curetage. Le taux de bêta HCG est surveillé pendant un certain temps : il doit tomber à zéro.

Les informations publiées dans cet article ne se substituent pas à un avis médical. Nous vous invitons à le consulter en cas de doute ou de besoin.

Rate this post

Laisser un commentaire